Étape 5 : le Polissage

Le polissage est sans doute l’opération la plus délicate dans le processus de dorure. En effet il faut veiller à ne pas altérer l’œuvre et le travail des ciseleurs. C’est la raison pour laquelle il existe deux procédés de polissage complémentaires :

 

  • Dans un premier temps, le brossage avec une roue de corde en Sisal graissée au suif ; ce procédé permet l’enlèvement de matière mais à contrario une telle action peut rogner les ciselures.
  • Pour parachever le travail, le brossage doux à l’aide d’une gratte-bosse, une brosse métallique constituée de fils de laiton souple de 5/10 de mm de diamètre. Cette technique préserve les gravures et les ciselures.
  • Afin de préparer les nuances d’éclat qui mettront en valeur les reliefs de la pièce lors de la dorure, le polisseur réalise une dernière étape à l’aide d’une roue de coton doux tournant à 3 000 tours/minute, l’avivage.

Autres étapes de fabrication